air shows
air shows
customers
Sky-Lens sur Twitter
Europe |  UK/Commonwealth/USA |  Asia |  Museums |  Goodies |  Publications |  Links |  About Sky-Lens

Photo Records:

Un Bourget au calibre « 35 ». 04/10/2013

 

Un Bourget au calibre « 35 »

Premières esquisses du 50e Salon de l’Aéronautique du Bourget 2013 : Moscou à l’offensive, une Europe tenace, et Washington qui sonne la retraite ...

Chasseurs de 4e génération = 1 point chacun, F-35 = 0 pointé ...

Que verra-t-on au Bourget 2013 ? En 20 ans d’après-guerre froide, peu de nouveautés ont été remarquées lors les précédentes éditions du Salon, là où seul le duel « Airbus contre Boeing » importait pour les médias télévisés, peut-être pour tenter de faire oublier que les parkings étaient de plus en plus vides… Sans doutes,  il y aura-t-il plus, à voir en juin prochain, qu’un F-16 présenté en vol avec beaucoup d’apathie. Au moment où le Salon ouvrira ses portes, le premier A400 M Atlas, série, aura été livré à l’armée de l’air. En France, les cargos de ce type remplaceront les C-160 Transall, essoufflés par 50 ans d’OPEX. C’est pourquoi, pour faire preuve d’ironie, et lorsque ce « Grizzly » aura finalisé sa démo. et posant ses roues .., nous nous arrêterons avec un brin de nostalgie devant le Transall « Ville de Kolwézy », exposé sur les parkings que partage le Musée de l’Air avec l’exposition statique du salon. Ce Transall a été l’un des tous premiers du type, livrés aux forces françaises. Et même si, poussés par les effets de mode, les exposants vont encore s’efforcer de mettre l’« d’aviation verte » sur le devant de la scène, rien ne sera plus « sexy », que des avions de chasse : on n’attire pas le public avec du vinaigre. D’autant plus que la bataille fait de plus en plus rage sur les marchés en Asie, à une époque où la quasi-hégémonie de l’industrie américaine dans ce domaine, commence à se fissurer devant la concurrence russe et européenne. En février 2013, le gouvernement indien a rappelé que son choix pour le Rafale serait définitif. Si ce contrat « MMRCA » semble long à finaliser aux yeux du public, la démonstration du Rafale, prendra une nouvelle résonnance, dans la perspective de son premier succès majeur à l’exportation. Ainsi le Rafale du « Solo Display » va faire oublier aux français, les 30 années écoulées où cet avion fut autant dénigré par les médias, que par certains politiciens, qui animés de vision à court terme, ont envisagé, sans trop s’en vanter.., de s’en débarrasser. Devenu son principal rival, au détriment des F-16 et F-35.., l’Eurofighter Typhoon est très loin d’avoir dit son dernier mot à l’export, à Oman, aux EAU peut-être, ou ailleurs… Plus puissant et délicieusement bruyant, il montrera son agilité sous ses airs de bête racée. Et le Saab Jas-39 Gripen, attirera l’attention, ce petit « suédois » faisant régulièrement la « Une » des médias, même en France.., s’imposant avec brio face au Rafale, sur les « petits » marchés en Thailande, et désormais en Suisse. Mais on relèvera que le Rafale a quand-même de l’avenir devant lui, à condition que la France veuille bien perdre l’habitude d’enclencher la « machine à perdre » les marchés, à chaque fois que le produit est sélectionné comme favori par un client très potentiel.

Le Su-35 : un coup de poignard contre les USA

Défiant les pronostics publiés, il y a de cela, un an, pour cette édition 2013, le Lockheed F-35 ne sera pas présent, en raison de graves problèmes de développement. Pire, le Pentagone a annoncé, que du fait du gel du budget de l’USAF, il n’y aurait plus d’avions US en meetings, y compris au Bourget. Véridique ! Sur l’autel de la crise, les Etats-Unis sacrifient l’image de leur aviation qui a tant fait rêver ici aussi, en Europe. Difficile à encaisser pour les inconditionnels de la culture Buck Danny… Encore heureux, c’est le F/A-18 E/F qui sauvera l’honneur d’une puissance US en déclin, dans ce duel de chasseurs. En outre, l’Australie est aux avants -postes du débat sur le F-35, préférant l’achat des Super Hornet, au détriment de ces chasseurs « stealth » qu’elle avait choisis ; cette actualité préfigure l’attitude de nombreux pays qui abandonneront probablement, eux-aussi, le programme Lightning II qui ne ressemble à plus rien d’autre qu’à un invraisemblable gouffre financier. N’est-il pas juste de rappeler, qu’on estime aux USA, que bien avant 10 ans, la Russie pourrait mettre en service des chasseurs plus performants, que ceux des forces américaines. Aussi le Sukhoi Su-35, produit pour l’armée russe depuis 2012, n’a jamais été présenté hors de Moscou. Il sera LA vedette de ce Bourget. Ce biréacteurs est le seul à évoluer à vitesse quasi-nulle, fort de ses deux moteurs Lyulka 117S à poussée vectorielle. Avec ses 35 tonnes de poussée au décollage, cet oiseau est un bijou au sujet duquel, les vidéastes n’auront plus le droit de dire « qu’il n’y a plus rien à filmer au Bourget ». Et on ne manquera pas de constater, que nous vivons résolument un temps où ce sont eux, les russes.., qui exercent leur art de séduction auprès du public mondial avec ce qu’ils savent faire de mieux : l’aviation, tout comme l’espace. Car Sukhoi ne sera pas seul cette année, Irkut présentant en vol son Yakovlev Yak-130 Mitten, un biréacteur d’entraînement avancé, destiné à remplacer les avions type «  Alphajet ». Les russes se plaisent à exhiber sous les ailes de ce petit jet, un attirail étonnant de 3 tonnes de missiles et de rockets, pour le présenter ainsi, en vol, avec brio. Un volatile étrange devrait susciter l’étonnement du public face à sa configuration : le Kamov Ka-52 Alligator, redoutable hélicoptère de combat biplace à sièges éjectables. Articulé par deux rotors superposés, de trois pales chacun, il franchit la vitesse de 310 km/h. Doté d’une batterie de senseurs guidant des missiles air-air (!), le Ka-52 a prouvé qu’il est autant un « hélico » anti-aérien, qu’un vecteur anti-char.

Un Musée présenté en vol

Le Musée de l’Air et de l’Espace exposera son Mystère XX, repeint, pour l’occasion, aux couleurs de celui sur lequel, Jacqueline Auriol remporta plusieurs records de vitesse. Un second Falcon 20, repeint lui aussi, aux couleurs du prototype de 1963, sera présenté en vol par Dassault, célébrant les 60 ans du 1er vol de ce jet d’affaire. Et il est prévu que le succès mondial des Falcon soit évoqué, en vol, par une formation joignant ce «  20 » vintage, à un « 7X » rutilant. Un salon placé sous le signe de l’architecture, avec l’ouverture de la Salle des Huit Colonnes, conçue en 1937 par Labro, et restaurée «  dans son jus », lorsqu’elle était le hall central de ce qui fut l’aérogare de l’aéroport International du Bourget. Pour l’occasion, les avions de Rolland Garros et Adolphe Pégoud, dont on célèbre le centenaire des exploits, cette année, y seront exposés Dans un hall de l’Entre Deux-Guerres entièrement rénové avec une nouvelle scénographie,  vous croiserez les Morane Ai. de Fronval, le D.530 de Marcel Doret, un Junkers F.13 et bien d’autres…. Et n’y aura-t-il pas meilleur hommage rendu, à ces voltigeurs des années trente, que les évolutions quotidiennes sur Extra 300, de la Directrice du Musée en personne, Catherine Maunoury : joli clin d’œil au premier looping « français » qu’Adolphe Pégoud, réalisa à Buc en septembre 1913, s’inspirant en fait, du russe Nesterov qui venait de le faire un mois avant lui … L‘ironie est que 100 ans plus tard, ce sont de nouvelles vedettes venues du pays de Nesterov, dans le salon français, qui viennent boucler la boucle. Finalement, il y a aussi de la continuité dans l’histoire de l’aviation.

 

 

 

Back to Photo Records

© Sky-Lens'Aviation' - François Brévot - All rights reserved - Une création alnath.net