air shows
air shows
customers
Sky-Lens sur Twitter
Europe |  UK/Commonwealth/USA |  Asia |  Museums |  Goodies |  Publications |  Links |  About Sky-Lens

Europe:

Rencontres du 5e Type. 12/15/2019

 

Rencontres du 5e Type

(1e partie)

 

 

Au salon MAKS 2019, je suis retourné à la rencontre du nec plus ultra des aéronefs de combat de 5e génération. Ce sont ici, les avions du " 5e Type ", une autre façon très personnelle et imagée de qualifier cette 5e génération. Ils sont très avancés par rapport au standing dont les européens semblent être heureux de se contenter, à l'heure où nous parlons. Sur les parkings de Zhukovsky, je me suis même senti téléporté dans un univers de machines sorties de la SF. Et je dois dire qu'à chaque fois que je reviens sur ces parkings, j'y repense, au roman Firefox de Craig Thomas.

 

 

A l'occasion d’une visite au salon MAKS 2013, nous avions décrit le plancher technologique atteint par le groupe UAC, dans le domaine de l’hyper manœuvrabilité. Nous avions dit qu’en vol, les produits Sukhoi défiaient les lois de la gravité : http://www.sky-lens.com/articles-airshows-europe.php?recordID=133

 

Dans un article paru dans la revue de géopolitique « Conflits » il y a quelques semaines, j’ai pu exposer la capacité d'inovation des russes en matière d'organisation d’expositions militaires, fortes en impact sur les cerveaux des visiteurs : https://www.revueconflits.com/airshows-aeronautique-aviation/

 

Et à MAKS 2019, qu'ai-je ramené dans la carte mémoire de mon IPhone SE, faux appareil photo qui a miraculeusement réussi à prendre toutes les images de cette exposition statique ?

Des vecteurs aéroportés qui dépassent probablement quelques-uns de leurs rivaux occidentaux et chinois, sur certains critères de performances. Certaines données techniques sont si sensibles, qu'elles ne sont connues que des services de renseignement militaires rivaux.

 

 

 

 

Le Su-57 remplit tous les critères caractéristiques du chasseur polyvalent de 5e génération : son aérodynamique, sa structure en composites, et ses senseurs passifs renforcent sa discrétion radar et IR, lors d’une mission en environnement hostile. Les armements sont emportés en soute interne. Le président Vladimir Poutine a déclaré le 15 mai, à Sotchi, que pas moins de 76 Su-57 seraient commandés pour les forces armées russes avant 2028. Jusqu'à 4 prototypes ont été présentés en vol, à MAKS, cette année, sans compter celui-ci, vu en exposition statique, avec sa ligne très proche d’une raie manta : une véritable bête de concours de design. A l’heure qu'il est, les 10 protos développés entre 2010 et 2018, sont toujours propulsés avec des réacteurs AL-41F1, les avions de série devant être assemblés avec les Izdeliye 30 qui leur permettront de franchir Mach 1.5, sans la post combustion.

 

 

 

 

La maquette d’un drone de guerre à réaction - de 5e génération - était visible dans le pavillon couvert d’UAC. Le modèle présentait une tuyère aplatie, censée réduire la signature IR de cette aile volante futuriste. Un prototype préfigurant cet appareil, le Sukhoi S-70 Okhotnik, a déjà volé le 3 août 2019, propulsé par un Lyulka Saturn AL-31/41. Le 27 septembre, il volait en formation avec un Su-57. Les deux appareils ont réalisé des tests de connectivité entre eux, car en opérations, le très furtif S-70 sera chargé de la détection de menaces anti-aériennes, que le Sukhoi, maintenu à distance de portée de celles-ci, pourra neutraliser en toute sécurité, avec ses missiles longue portée.

 

 

Le Su-57 contient un peu d’ADN du Su-35 S. Pour cette raison, il retrouve toute sa place dans ce "papier", même si il n'est qu'un chasseur de 4e génération, un brin plus ancien. Il fait couler beaucoup d’encre, dans les médias de défense, en raison de l’intérêt qu’il semblerait susciter tant auprès des autorités turques, qu'en Asie, où dans le Golfe Persique. C’est donc dans le cadre d’une grande offensive commerciale à l’exportation, que l’avion était présenté en vol, 2 fois par jour, en solo, ainsi qu’en formation à quatre avions, par les Faucons Rouges, venus de Lipetsk. Le Su-35 S est propulsé par deux réacteurs NPO Saturn AI-117S (AL-41 F1A) délivrant 25,3 tonnes de poussée. Ses tuyères orientables lui permettent de pivoter vers n’importe quel cap, même à 70 km/h. Il est doté du radar Bars N035 Irbis-E. Il est produit dans les usines KNAAZ de Komsomolsk-Sur-Amur.

 

 

 

Le Su-30 SM est un biplace polyvalent développé en parallèle au Su-35 S. Il est produit dans les usines IAPO d'Irkutsk. Tout comme le Su-35 S, il équipe les Forces Aérospatiales et aussi la Marine de Russie. Il se différencie du Su-35 S, par ses moteurs Lyulka Saturn AL-31FP, et par son radar Bars R N011M dont les performances sont légèrement inférieures à celles de l’Irbis du Su-35. C’est pourquoi, un programme de modernisation des 116 x Su-30 SM en service dans l’armée russe, est en cours, avec les équipements et moteurs plus performants dotant le Su-35 S.

 

 

 

 

 

Back to Europe

© Sky-Lens'Aviation' - François Brévot - All rights reserved - Une création alnath.net